Interview de Joe La Pompe

Aujourd’hui un article tout particulier que l’on vous présente puisqu’on lance une toute nouvelle catégorie, celle des interviews des professionnels de la com’.

C’est Joe La Pompe qui est à l’honneur aujourd’hui, interviewé par notre contributeur Ivan.

joe-la-pompe

Joe La Pompe est un anonyme de la publicité, il est l’auteur d’un site « à caractère provocateur, insolent et polémique » tel qu’il le décrit sur son site internet.

Pourquoi l’anonymat ? : En raison de son site internet qui a pour vocation de repérer et de dénoncer « des pompes » publicitaires, Joe La Pompe a choisit de rester dans l’ombre afin de pouvoir continuer à tenir son blog en toute sérénité.

 Interview-Joe-La-Pompe

Ta vie, ton oeuvre :

Minicom : « Vivons heureux, vivons caché » : la raison de la cagoule ?

Joe La Pompe : Tu viens de la donner dans l’intitulé de ta question !;-) Plus sérieusement au début je ne me cachais même pas… sauf que très vite ça a commencé à soulever une foule de questions (sur l’éthique du métier, sur l’intégrité des créatifs) qui a entrainé une foule de réactions, souvent positives, parfois négatives voire violentes. Et c’est, après quelques menaces de vengeance, que j’ai décidé que finalement c’était peut-être mieux de rester caché. Par lâcheté diront certains, moi je préfère parler de liberté et de modestie, pour que ça n’interfère pas trop avec mon vrai métier. Et surtout parce que c’est la démarche que je souhaite mettre en avant et pas ma personne. Je sais, dans la pub c’est étrange. C’est un milieu aux égos si gonflés que les gens ne comprennent pas tout… et puis c’est pratique une cagoule parfois, surtout l’hiver. Moins par ces temps de plan vigipirate je l’admets…

M : Joe la Pompe qui pompe le logo du métro de Paris : on en parle ?

JLP : Et de la cagoule que j’ai pompé aux activistes corses on en parle aussi ? Pour ce qui est du logo de la RATP, il s’agit plus d’un « détournement » que d’une pompe. C’est un clin d’œil totalement assumé et pas un recyclage ni vu ni connu ! C’est parce qu’il se fait pincer les doigts dans les portières… je trouvais ça marrant de le faire se pincer les doigts dans une photocopieuse… mais de toute façon c’est voué à disparaître car les étrangers ne comprennent pas la référence, et la RATP ne me permettrait pas de commercialiser des produits dérivés (tu noteras qu’on ne trouve pas ce lapin sur mes livres) 🙂
Je vais de ce pas vérifier que tu n’as pas pompé ton logo quelque part…

M : Tu vas peut-être donner un indice sur ta réelle identité parce que tu nous aimes bien, dans le fond ?

JLP : C’est moi qui ai envie de vous poser une question. Est-ce que ça changerait le regard que vous portez sur ma démarche ? Si je dis que je suis Erik Vervroegen, Maurice Levy ou encore Jean-Michel Pichardon ? Mais si tu veux un indice : je suis un homme. Plus vieux qu’on ne l’imagine, mais pas tant que ça…

M : Tu as sûrement déjà rendu un travail qui ne te plaisait pas éthiquement. Avant que le peuple en liesse te jette des cailloux… avais-tu une bonne raison ?

JLP : J’ai déjà pompé une idée. D’ailleurs ce n’est pas un scoop (désolé) car j’ai déjà confessé ce pêché. Un client me demandait de lui proposer 4 pistes créatives dans un délai hyper serré. J’ai coincé sur la 4e à quelques heures de la présentation. J’ai recyclé un dessin d’un humoriste connu. J’ai juste demandé aux commerciaux de ne pas vendre cette piste car je la trouvais moins bien. Je me suis dit que l’humoriste était mort, que ça ne risquait rien. Résultat ? Ils ont vendu cette piste… on a sorti l’annonce, et trois jours après on s’est pris un procès de sa famille! Ça m’a servi de leçon. Je me suis fait pincer les doigts dans la photocopieuse… bien fait pour moi.

M : Si un client te demande de reprendre le même concept et le même type de visuel qu’un de ses concurrents, tu sors le contrat ou le Magnum ?

JLP : Le pire c’est que quand tu es créatif tu entends assez régulièrement ce type de demande. Après c’est justement ton boulot d’y répondre, mais sans tomber dans le plagiat, en trouvant une astuce, un twist qui fasse que l’idée sera quand même renouvelée. Et même si on ne te le demande pas directement, les briefs sont souvent tellement identiques que tu as l’impression de toujours voir revenir les mêmes demandes.

M : Question bonus : et si tu découvrais que tu avais créé un bon petit print bien pompé… Tu t’autoflagelles en le mettant quand même sur le site ?

JLP : Ça tombe bien ça m’est arrivé. On avait shooté une belle annonce avec un super photographe anglais. Ça avait pris des mois pour vendre cette campagne au directeur de création, au client… et puis au moment où ça sort dans la presse, une directrice de clientèle me dit qu’elle avait été en vacances en Argentine 3 ans auparavant et qu’elle avait vu la même idée. On avait oublié de faire une petite recherche d’antériorité…

Résultat : on n’a pas pu empêcher la parution, mais j’ai quand même refusé qu’on l’envoie à des festivals, et je l’ai mise en ligne sur mon site. Je ne te dirai juste pas de quelle pub il s’agît;-)

Ton avis, tes préconisations :

Minicom : Outre posséder une tablette graphique avec un auto-collant Apple dessus, quelles sont selon toi les caractéristiques primordiales d’un bon DA ?

Joe La Pompe : être curieux de tout (art, graphisme, cinéma…), mais avoir quand même une bonne culture publicitaire. J’en ai croisé beaucoup qui travaillaient dans la pub mais développaient un certain snobisme qui consiste à ne lire que des revues d’architecture ou de photos et qui ne connaissaient rien à l’histoire de la pub. Ne pas réfléchir à l’envers. J’ai vu beaucoup de DA commencer par choisir un style de photographie, de mise en page ou de localisation de tournage avant même de réfléchir à l’idée…

M : Outre posséder un crayon HB et des lunettes à monture épaisse, quelles sont selon toi les caractéristiques primordiales d’un bon CR ?

JLP : L’empathie, la patience, l’opiniâtreté, la diplomatie, l’adaptabilité, mais aussi on l’oublie souvent la modestie ! Il ne doit pas croire qu’une idée est nécessairement originale parce qu’elle vient de lui. D’autres ont pu l’avoir avant lui. Je sais, c’est difficile à admettre mais c’est très souvent vrai !

M : « Le poids des mots, le choc des images ». Et s’il fallait choisir ?

JLP : Je pense que c’est un faux problème et que la question ne se pose plus comme ça. Il y a des modes (tout visuel, tout typo) qui vont et qui viennent mais la vraie question ça serait plutôt : y a-t’il une idée ou n’y en a t’il pas ? Est-ce vraiment adéquat, étonnant, compréhensible, jamais-vu ? C’est plutôt ce genre de questions qu’il faudrait qu’on se pose.

M : Il y a pleins d’étudiants qui te lisent et recherchent un stage en ce moment-même ! Est-ce que tu aurais une petite astuce, le truc qui pourrait faire la différence en entretien ou sur CV ?

JLP : Les dossiers se ressemblent trop, en tout cas pour ceux que j’ai vu. Arrêtez de mettre des annonces Nike, Volkswagen ou Sécurité Routière dedans. Vous avez 99% de chances que ça ait déjà été fait (et en mieux) par le passé. On va comparer votre travail à des Lions à Cannes et on va « encore » vous parler de Joe La Pompe. Osez essayer de faire des campagnes sur des sujets différents que les autres ne traitent pas. Et puis surtout arrêtez de tout le temps vous excuser d’être désolé. Si un truc est mauvais retirez le ! Ne dites pas « c’est pas ce que je voulais faire, en vrai ça devrait être mieux mais j’ai pas eu le temps ». Mieux vaut 3 campagnes béton que 45 trucs mal aboutis et souvent on a tendance à trop vouloir en montrer. Une astuce ? Essayez la menace (assez peu osent) Dites que Joe La Pompe est un proche, et qu’il a repéré une de leur campagne récente… mais que moyennant un stage…

Ton top Minicom Awards (MA) :

Minicom : Le MA du slogan qui t’as tellement envoyé du rêve que tu as hésité à acheter une couche Pampers pour masquer ton incontinence momentanée :

Joe La pompe : Y’en a tellement que c’est dur. Je me rappelle de celui-ci : J’ai failli acheter une Harley quand j’ai vu cette annonce il y a quelques années. Même si je trouve que c’est une tire de gros ringard et que je n’ai pas de permis moto :

harley-davidson-motorcycles-peanuts

 

M : Le MA de la pompe la plus pompée de l’histoire de la pompe :

JLP : Question hyper difficile, j’ai tenté de compiler un Best-Of que vous pouvez consulter ici (il y a une centaine de cas complètement dingues sélectionnés parmi des milliers).

Sinon allez pour n’en donner qu’une rien que pour vous :

L’originale :

La pompe :

 

M : Le MA de la publicité qui t’a tellement ennuyée que t’as eu le temps de compter 5 fois les 100 moutons avant d’en voir le bout :

JLP : Sans conteste la pub Shalimar de Guerlain Alors OK je l’ai bien retenue, mais jamais je n’achèterais ce parfum !!!
Elle m’a pourrie une bonne dizaine de séances cinéma. J’en profite pour passer un coup de gueule contre cette tendance des formats longs ! La pub doit divertir, étonner, amuser, faire réfléchir… pas ennuyer, pas faire perdre son temps. C’est un vrai manque de politesse, encore plus au cinéma où le spectateur est pris en otage. Mais globalement je m’ennuie très facilement devant les pubs mode et luxe qui n’ont pas d’idées mais font juste passer des atmosphères et des émotions…

M : Le MA de l’artiste qui t’a mis des fusées plein la tête et qui t’as envoyé directement sur la planète Mars à coup de roquette atomique :

JLP : Un autre anonyme comme moi que j’ai beaucoup vu opérer à Boulogne Billancourt (une ville où il y a une agence de pub tous les 3 mètres) : Même IRL

MEMEIRL : memeirl.tumblr.com

Notamment leur idée de croiser culture web / populaire et street culture qui m’a bien scotché :

Le troll :

Memeirl-artiste

Memeirl-artiste Memeirl-artiste

La bière :

Memeirl-artiste

L’alpiniste :

Memeirl-artisteMemeirl-artiste Memeirl-artiste Memeirl-artiste

 

Pedobear :

Memeirl-artisteMemeirl-artiste Memeirl-artiste

Un grand merci Joe pour ton travail mais aussi pour avoir pris le temps de répondre à nos questions ! Nous te souhaitons une année riche en belles publicités !

Vous pouvez dès maintenant retrouvez son livre « 100 visual ideas, 1000 grear ads » sur Maison Moderne :

joe-la-pompe

  • A propos du livre :

L’idée ? Joe La Pompe, notre bel inconnu, a sélectionné 100 thèmes et sujets qui reviennent souvent dans la publicité (symboles, personnages historiques ou fictifs, thématiques, objets…). Il a ensuite choisit 10 images représentant chacun des thèmes.

Le Livre ? Esthétiquement présenté, le livre rassemble des images qui ne devaient pas forcément se retrouver ensemble. Joe la Pompe nous livre 1 000 publicités du monde entier, représentant la création internationale des dix dernières années. Un travail de géant pour un résultat formidable !

Pour acheter son livre, c’est par ici !

 

 

 

A propos Raphaël

Raphaël, curieux et passionné par une multitude de domaines (digital, photographie, musique, design en passant par la publicité) tente de partager au mieux des contenus créatifs cachés dans Internet.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Votre avis nous intéresse !